La tyrannie des idéologues verts s’oppose à la légitimité démocratique

Publié le par Alambic City

À Sivens dans le Tarn, un opposant au projet de barrage défie du regard les forces de l'ordre.

À Sivens dans le Tarn, un opposant au projet de barrage défie du regard les forces de l'ordre.

Par Pascal Bruckner (Romancier et essayiste)
Article paru dans le journal Le Monde du 4 novembre 2014
 

Vous êtes chef d’entreprise, exploitant agricole, vous souhaitez monter un projet. Vous déposez votre dossier auprès des autorités compétentes, remplissez les formalités administratives, obtenez les autorisations. Si votre projet touche une collectivité ou un territoire précis, un vote d’un conseil municipal ou régional l’entérinera ou le désapprouvera. Vous croyez être sorti d’affaire.

Erreur : vous devez encore passer devant un tribunal invisible qui, lui, ne se soucie ni de rationalité ni de rendement. Il juge selon ses propres valeurs. En France, ce tribunal est composé d’un triumvirat impitoyable, M Duflot, MM. Bové et Mamère. Ce sont eux et le parti Europe Ecologie-Les Verts qui sont désormais l’arbitre des élégances.

Si vous échouez à les convaincre, si vous n’obtenez pas leur imprimatur, vous n’avez aucun moyen de mettre en œuvre votre plan. Vous pouvez bien négocier pendant des années, comme à Notre-Dame-des-Landes, faire des concessions, accepter de sauver les batraciens, épargner les zones humides, la condamnation est sans appel : il faut renoncer ou subir les assauts des « zadistes », ces occupants baroques des « zones à défendre » qui viennent avec armes et bagages squatter le terrain.

Il y a du pittoresque dans ces tribus bariolées qui s’insinuent en France et ailleurs dans les interstices de notre société et décident que construire un barrage, une autoroute, une ligne de TGV ou une ferme industrielle est un crime contre la Terre. On peut s’amuser de ces rebelles divagants, de leurs potagers autogérés, de leurs cabanes dans les arbres : persuadés de la fin imminente du capitalisme, ils veulent rétablir une communauté rurale proche des origines. Ce sont nos Amish hexagonaux, l’éthique du travail en moins.

Mais l’exotisme de nos bons sauvages s’arrête où commence leur pouvoir de nuisance, surtout quand ils sont rejoints par des minorités de casseurs qui ont érigé la violence en culte. N’importe quel groupe peut ainsi bloquer une proposition démocratiquement votée : tyrannie subtile de féodalités idéologiques prêtes à s’insurger dès qu’une loi touche leurs intérêts. On l’a vu avec les « bonnets rouges », qui ont poussé le gouvernement à la capitulation sur l’écotaxe. La démocratie représentative n’est investie d’aucune autorité, la légalité d’un vote est immédiatement contestée par la « légitimité citoyenne ». Même l’Assemblée nationale est bafouée dans son autorité : quoi qu’elle décide, la rue la rectifiera si telle est sa volonté.

Ignorance agressive

Dans ce type d’agitation, un petit nombre de militants montre la voie depuis vingt ans, les faucheurs volontaires, qui vont détruire, dans une quasi-impunité, les champs semés d’organismes génétiquement modifiés, au nom du risque encouru (lequel n’a jamais été prouvé). Quelle compétence accorder à ces activistes qui interviennent au nom d’un dommage potentiel ? Comment s’assurer que cet interventionnisme n’est pas le fer de lance d’une ignorance agressive où l’on brandit ses convictions pour interdire la moindre initiative ? Etendre le cercle de l’expertise aux ONG, aux citoyens devenus soudain décisionnaires dans les politiques d’environnement, au-dessus des institutions représentatives, c’est surtout étendre le cercle de l’arbitraire.

Comme souvent, la noblesse de la cause, défendre la planète, justifie l’arbitraire des moyens. Cela fait de vous un être quasi intouchable qui peut saccager la propriété d’autrui sans être inquiété, José Bové en est la preuve. Avec une telle mentalité dans les années 1950-1960, on n’eut jamais construit une ligne de chemin de fer, une centrale nucléaire, une retenue d’eau, une usine, et la France serait restée dans le sous-développement consécutif à la seconde guerre mondiale. Le projet du barrage de Sivens sera vraisemblablement abandonné malgré son utilité pour les fermiers de la région (cultivateurs de maïs, céréale suspecte aux yeux de nos puristes).

Cela augure mal d’autres grands travaux.

Mais les protestataires devraient se méfier. La mort tragique de Rémi Fraisse, en dépit de son exploitation indécente par certains, ne leur assurera pas un capital symbolique illimité. Et l’opinion publique, pourtant soucieuse d’environnement, risque de se retourner contre eux. A quoi reconnaît-on un écologiste en France ? A son aversion à peine cachée envers les ingénieurs, les constructeurs, les architectes coupables de vouloir transformer la matière. A ce qu’il est contre tout, le charbon, même avec séquestration du CO2, le gaz naturel, le gaz de schiste, l’éthanol, le fuel lourd, le nucléaire, le pétrole, les barrages, les camions, le TGV, la voiture, l’avion. Comme la poupée de la chanson de Polnareff, il dit toujours non et non. Les citoyens à leur tour pourraient être tentés de censurer les censeurs.

Pascal Bruckner (Romancier et essayiste) a publié en 2011 "Le Fanatisme de l'Apocalypse".

Pascal Bruckner (Romancier et essayiste) a publié en 2011 "Le Fanatisme de l'Apocalypse".

Publié dans L'eau et le climat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sceptique 27/12/2014 08:04

Je découvre ce "post" en même temps que le dernier, annoncé hier, et que je commenterai tout-à-l'heure. C'est un trait fréquent hexagonal que de prendre les autres pour des cons. Pas besoin d'analyse: différent, inconnu=con. Avec sa tautologie:" tous des cons, sauf moi". On ne dit plus, "untel" se trompe, mais "untel" est un con, ce qui condamne en bloc ce qu'il a fait et ce qu'il sera.
Du coup, la société devient "horizontale", comme l'approuve une de mes connaissances. "Tous des cons sauf moi" est le kit de survie sur l'île déserte qu'on trace avec un bâton autour de soi.
Ça durera ce que ça pourra. L'histoire de mentionne pas de cas durable, sans dérive totalitaire ou contre-révolution. L'homme se lasse du désordre.

Alambic City 27/12/2014 08:38

Bonjour à vous Sceptique,
Commentez comme il vous plaira, moi, je ne me lasse jamais de vos commentaires !
Je vous souhaite une très belle fin d'année 2014 !

Pepito my Corrazon 10/11/2014 08:49

Vous lisez l'anglais je suppose:

http://www.biofortified.org/2013/05/qa-with-haven-baker-innate-potatoes/

Pepito my Corrazon 10/11/2014 07:56

Vous avez acquis un langage, une rhétorique, une dialectique impressionnants pour combattre ces horribles écologistes. Continuez à lire ces spécialistes du monde agricole façon Pascal Bruckner que vous aimez tant.
Continuez à vous défouler ainsi, très sainement, évacuez vos humeurs les plus mauvaises, vos biles et autres acidités pernicieuses, vous vous en porterez mieux... A moi ça me fera de quoi lire de marrant en ces temps si tristes....

Pepito my Corrazon 09/11/2014 09:45

Bruckner est un con, déjà ça situe le niveau de l'intervention, mais sinon, écrire des articles soi-même, c'est trop difficile ?

Alambic City 09/11/2014 21:21

Cher monsieur,

Votre affirmation péremptoire n'apporte pas une contre-argumentation habile et recevable face à la brillante démonstration de Pascal Bruckner sur les inepties des idéologues verts.
Je ne demande qu'à vous croire sur parole, mais sur ce coup-là, quand même, vous ne vous êtes pas foulé pour que je ravise mon jugement ! Après réflexion, je me demande si vous ne parliez pas du président de la République suite à sa déplorable prestation télévisuelle qu'il a fait subir aux citoyens inquiets de la piètre gérance de la France en déclarant que « Ça ne coute rien, c'est l'État qui paye ! ». En terme de connerie, on a trouvé le roi !

J'ai choisi de partager ce texte en réponse à l'effroyable tribune d'Edgar Morin publiée le même jour dans le même journal.
http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/11/04/remi-fraisse-victime-d-une-guerre-de-civilisation_4517856_3232.html


Morin nous livre la vision d'un philosophe aigri qui renonce à se projeter sereinement dans l'avenir et qui se prononce sur des domaines qu'il ne maitrise pas : l'agriculture et l'économie. Son analyse est affligeante. Je pense qu'il a dû trop écouter le trio de la bande de décroissants (au beurre ?) à la mode : le pseudo agronome Marc Du fumier, le politicien Nicolas Hulot et le faux gentil philosophe de pacotille Pierre Rabhi.

Si Pascal Bruckner est un con, alors je souhaite en croiser des comme lui plus souvent !
A ce sujet, je salue le Journal Le Monde routinier à organiser la désinformation sur les sujets liés à l'agriculture et à l'environnement, d'avoir proposé à ses lecteurs une autre option moins vendeuse que celle du catastrophisme. C'est rassurant et original de lire un intellectuel qui ne nous ressort pas toujours les mêmes bêtises de l'intelligentsia déconnectée du monde rural. Cet écrivain souligne très bien les incohérences des écologistes anti-science (pour ne pas dire anti-tout!), des militants idéologues et dogmatiques qui se moquent de la vérité. L'écologie dispensée vise à culpabiliser la race humaine en propageant la culture de la peur : « Sauver la Terre, punir l'homme ».

Je vous conseille un très bel article écrit par le sociologue Gérard Bronner qui casse le pessimiste infondé de papy Morin :
http://www.lopinion.fr/24-septembre-2014/decroissance-principe-precaution-contre-rhetorique-l-intimidation-16644

Pour répondre à votre question, rédiger avec du fond et de la pertinence comme Pascal Bruckner ne m'incite pas trop à écrire mais plus à me taire et à lire davantage. Mais grâce à votre message de sympathie, je vais peut-être m'y remettre !