Climat : l'avis de l'astrophysicien Gérard Bodifiée

Publié le par Alambic City

Climat : l'avis de l'astrophysicien Gérard Bodifiée

Traduit et publié par Jo Moreau dans belgotopia - le 26/01/15

 

"Les modèles qu'on élabore aujourd'hui sont sans valeur".

Anne Debeil et Rob Lemeire ont interviewé pour "De Bron" GERARD BODIFEE, astrophysicien et philosophe. http://de-bron.org/content/gerard-bodif%C3%A9e-klimaatinterview

Gerard Bodifée est un scientifique bien connu des médias flamands. Docteur en Sciences (Vrije Universiteit Brussel), il a mené des recherches dans le domaine de la formation des étoiles et l'évolution des galaxies. Il a travaillé dans l'industrie, l'enseignement et dans les médias et est actuellement auteur indépendant. En 1999, il fonde "La Maison de la Philosophie" (Huis voor Filosofie) . Il a publié une vingtaine de livres sur des sujets où la science, la philosophie et la religion se rencontrent. En parallèle avec sa carrière de scientifique, il a été actif dans les médias notamment en tant que rédacteur scientifique du Standaard, columnist dans Knack et dans des programmes d’opinion de la VRT (télévision flamande). C’est un scientifque philosophe, optimiste et démocrate.

 

RL : Le climat va-t-il bien ?

Bodifée : ‘Le climat est une donnée capricieuse. Au cours du vingtième siècle nous avons vécu un réchauffement climatique, d'environ 0,6 degrés Celsius. Un léger réchauffement donc, qui s’est arrêté il y a maintenant une quinzaine d'années. Comment évoluera-t-il ensuite, nous ne le savons pas. L’impossibilité de prédire cette évolution s’appuie sur une analyse scientifique.

Qu'est-ce donc que le climat ? C’est un système hypercomplexe d’interactions de l’atmosphère avec les océans, avec la biosphère et énormément de facteurs y interfèrent. Déjà depuis les années soixante , nous savons que le système est intrinsèquement instable, comme l’ont démontré les simulations d’Edward Lorenz. Cela signifie donc que nous ne pouvons faire des prédictions tout au plus qu'à très court terme. Comme le climat est hypersensible aux plus petites fluctuations, il nous est impossible de prédire comment il évoluera. Avec tout le respect dû pour le temps et les efforts qu’on leur consacre, il faut constater que les modèles qu'on élabore aujourd'hui sont sans valeur. D’ailleurs, rappelez-vous que dans les années quatre-vingt, on prédisait une nouvelle période glaciaire causée par la quantité de poussières produites dans l’atmosphère obstruant la lumière solaire. En réalité, nous nous situons maintenant dans une période interglaciaire. Nous sommes toujours occupés à émerger de la dernière période glaciaire qui s’est terminée il y a dix mille ans. Depuis, la température terrestre monte très progressivement, et le niveau de la mer monte également. Les Néerlandais en sont parfaitement conscients, eux qui depuis le début de leur histoire sont constamment occupés à rehausser leurs digues et doivent continuer à le faire. Mais si maintenant les Maldives étaient inondées, l'homme n'en serait pas responsable.

RL : Des spécialistes tiennent un discours complètement différent, comment cela se fait-il ?

Bodifée : Il y a assez de spécialistes qui racontent la même chose que moi. Ce n’est pas parce qu’ils sont ignorés par les médias qu’ils n’existent pas. Nous ne pouvons pas oublier que nous vivons dans une période avec une exigence du “politiquement correct” angoissante, et ce également dans le domaine scientifique. Nous avons créé une sorte de "système-DDR" (1). Aujourd’hui, celui qui veut faire carrière comme climatologue ou chercheur en quoi que ce soit, doit faire très attention à ce qu’il dit, sous peine de ne plus recevoir de subsides et d'être considéré comme un scientifique peu sérieux.

AD : Comment devrions-nous traiter le débat sur le climat ?

Bodifée : Je ne plaide pas pour une pensée univoque, mais bien pour ouvrir le débat et confronter les opinions. Or, aujourd’hui on n’entend qu'un seul point de vue dans les médias, celui du pessimisme climatique. Les personnes ayant d’autres opinions, devraient aussi pouvoir s'y exprimer. Nous (en tant que critiques du constat climatique actuel, n.d.l.r.) ne pouvons tolérer qu'une seule opinion soit diffusée, et qu’on prétende en plus qu'elle bénéficie d'un consensus dans le monde scientifique.

RL : Avez-vous rencontré des difficultés à cause de votre opinion sur le climat ?

Bodifée : Eh bien, il faut constater que cela est mal accepté dans beaucoup de milieux. A "Radio 1", j’avais jadis un temps de parole dans le programme ‘De Ochtend’. J’y parlais un jour de façon nuancée de la problématique climatique dans le sens de “peut-être y a-t-il un problème et peut-être n’y en a-t-il pas. Mais ne soyons pas si pessimistes de ne penser qu’aux scénarios apocalyptiques.” Par hasard ou pas, ce fut ma dernière intervention dans ce programme. Jamais personne ne m’en a donné la raison.

RL: Etes-vous assez qualifié en science climatique pour émettre un avis autorisé ?

Bodifée : Je ne suis pas en détail la littérature, mais je regarde les principes généraux. Je ne suis pas un climatologue. Je suis un physicien. Cette discipline doit également jouer un rôle important dans le débat. Je suis un élève d’Ilya Prigogine, prix Nobel belge de chimie et philosophe scientifique, malheureusement décédé il y a quelques années. Aujourd’hui il aurait pu être une voix intéressante dans le débat. Prigogine soulignait qu’on ne peut pas traiter les systèmes complexes comme s’ils étaient des systèmes mécaniques classiques dont on peut facilement calculer l’évolution à partir d’une situation définie. Ce n’est tout simplement pas possible. Ils sont seulement susceptibles d'expliquer les choses a posteriori. Cela vaut également pour le climat. Regardez ce qu’on a vécu en Amérique du nord, avec l’hiver 2013. On y a subi un froid intense avec beaucoup de neige. Il fut affirmé que c'était à cause du réchauffement climatique. En Californie il règne maintenant une grande sécheresse. Ailleurs il pleut énormément.

Dans la foulée, on peut prédire que les pessimistes climatiques se donneront une nouvelle fois raison, car quoiqu'il se passe, ils auront toujours raison... Il existe également une certaine tendance, au lieu de parler de “global warming”, de parler de “climate change”. En soi, cela ne veut déjà plus rien dire. Tout peut arriver. Il faut balayer ces bavardages.

RL : Selon vous, il ne faut donc pas être expert climatique, mais une formation scientifique décente suffit-elle pour émettre une opinion sur le climat?

Bodifée : Les experts climatiques ont leur place, mais il faut aussi parler sur base de points de vue globaux, de principes généraux. Egalement de vérités sociologiques, du fait que les gens sont sensibles à la panique et que bizarrement, les gens préfèrent les mauvaises nouvelles aux bonnes. L’année passée (2013) il a neigé au mois de mars. Je me rappelle que les journaux parlaient de conditions extrêmes, bien qu’il soit tout à fait normal d’avoir de la neige en mars. Tout le pays était perturbé, c’est vrai, mais la raison se trouve dans des infrastructures plus du tout conçues pour des conditions météorologiques tout à fait normales. Qu’est-ce qui est extrême et qu’est-ce qui est normal? Pour certaines personnes le normal, c'est la moyenne. Oui, mais les fluctuations autour de la moyenne sont également normales. Si nous vivons de temps à autre un hiver froid ou un été chaud, on parle tout de suite de “conditions extrêmes” - mais non, c’est tout à fait normal. On trouve bien toujours quelque part un “temps extrême”. Regardez le passé avec du bon sens, sans être expert climatique, et vous allez le constater. Je suis surpris que les journalistes et le public le remarquent si peu. Evidemment on a besoin d’experts, mais on a beaucoup plus besoin de bon sens et de réflexion critique.

AD : Comment pourrions-nous inciter les scientifiques critiques à s’exprimer ?

Bodifée : Le malaise qui touche la climatologie ne lui est pas propre. Quasi tous les scientifiques sont aujourd’hui pieds et poings liés à des institutions, et à des fonds sans lesquels ils ne peuvent fonctionner. Ils doivent publier. Or, on n'a plus accès aux revues scientifiques si on ne participe pas à la pensée prédominante, donc il faut un énorme courage. Mais il y a des personnes qui se libèrent du système. En général ce sont des gens en fin de carrière, ils peuvent parler plus librement. La combinaison entre une longue expérience et la liberté d’expression est très intéressante. Un exemple typique est Freeman Dyson. On ne peut pas dire qu’il ne soit pas un scientifique capable, bien au contraire, il est un des physiciens les plus éminents qui existent, et il se montre critique de toute la pensée climatique obligatoire. Nous devrions demander à plus de scientifiques de faire preuve d'un courage similaire. Les scientifiques “politiquement corrects” du hype climatique raisonnent à partir d’une idéologie imposée, à laquelle ils finissent par croire eux-mêmes.

RL : Voyez-vous une évolution dans le débat sur le climat ?

Bodifée : A peine. Je constate qu’il devient de plus en plus acharné. Mais l’opinion publique peut parfois provoquer des mouvements de bascule puissants, ce qui n’est pas toujours sain non plus. Nous devons pouvoir parler de ces choses d’une manière apaisée.

RL : Aux Pays-Bas, en Angleterre, en Allemagne et même en Wallonie, les sceptiques climatiques obtiennent plus facilement la parole qu’en Flandre. En Wallonie par exemple, il y a eu récemment quelques émissions radio et télé avec des opposants au GIEC, aux Pays-Bas les scientifiques des deux côtés du débat se parlent. Avez-vous une explication pour cela?

Bodifée : Ce qui se passe là est naturellement réjouissant, et c’est exactement de cette façon que les choses doivent se passer. Nous ne devons pas non plus basculer d'un extrême à l’autre et dire qu’absolument rien ne se passe. Non, nous devons en débattre. C’est un problème complexe et en plus un problème intéressant, parlons-en. En effet, en Flandre on ne rencontre pas cette ouverture d’esprit. Mais je n'en recontre pas tellement non plus au niveau mondial, mais principalement un durcissement des positions. Je lis pas mal de revues scientifiques, telles que Nature et Science, et là aussi on trouve principalement une pensée unidimensionnelle, et pourtant c’est le top de la littérature scientifique. On n'y trouve qu'exceptionnellement des opinions divergentes, mais elles existent.

AD : Malgré tout, nous voyons apparaître des articles qui remettent en question les “faits accomplis” du GIEC, et ce également dans "Nature" et "Science" (p.e. la contestation du stockage de la chaleur dans les profondeurs océaniques due à l’augmentation de CO2 de ces dernières décennies).

Bodifée : En effet, "Nature" a également été attentif au fait que la température n’augmente plus depuis déjà 15 ans. Mais cela est allé de pair avec des éditoriaux et des commentaires qui concluaient ...de n'en tirer aucune conclusion. Les opinions sont toujours orientées dans un seul sens, même si pour cela aucun argument n’existe dans l’article même. Si on regarde cela par la théorie paradigme de Thomas Kuhn, elles se trouvent encore dans un paradigme très classique, un penser newtonien. Elles considèrent la terre comme un système modellisable, dont on peut mécaniquement construire un modèle.

Mais Prigogine suivait une façon de penser totalement différente. Le système est tellement instable que des fluctuations infinitésimales dérèglent la balance. Ainsi naît un comportement totalement imprévisible. Cela vaut également pour les êtres vivants, ceci est probablement la base physique de notre liberté. Une atmosphère n’est pas un être vivant mais possède un peu de cette imprévisibilité. Pareils systèmes intrinsèquement instables peuvent adopter un comportement limité semi-stable. Cela donne un système assez constant qui ensuite peut tout à coup basculer, et chuter dans un autre régime. Un exemple de Prigogine est le comportement d’un liquide qu’on réchauffe : on crée alors un flux de chaleur, mais le liquide reste simplement en repos. Au-dessus d’une certaine valeur critique de température, le liquide commence tout à coup à bouger et cela donne de belles cellules de convection. Au lieu d’un chaos, le système s'autorégule. Si vous augmentez encore le gradient de température, le liquide circulera de façon toujours plus véhémente et vous arrivez dans un régime turbulent, et alors on a de nouveau du chaos. Les climatologues devraient examiner de plus près ce type de phénomène, et ils devraient accepter l'idée que notre système, qui paraît assez stable et résistant, peut basculer à tout moment vers un régime totalement différent. Et cela n’est jamais exactement prévisible.

AD : vous êtes astrophysicien, quelle perception supplémentaire cela vous donne-t-il, notamment sur l’influence du soleil et des planètes sur notre climat ?

Bodifée : Dans cette optique, l'étude comparative des planètes est intéressante. La planète ressemblant le plus à la terre est Mars. L’atmosphère de Mars comporte 95 % de CO2. Sur Terre nous avons 0,03% de CO2 dans l’air. Tenant compte de l’atmosphère beaucoup plus lourde et de la superficie plus grande de la Terre, il y a sur Mars approximativement un tiers du CO2 présent sur Terre. Mars a une température moyenne de moins 60 degrés Celsius. Donc le CO2 a un effet de serre négligeable sur Mars. Sur Terre il n’aura pas beaucoup d’effets non plus. Et nous avons quand’même un effet de serre, environ quarante degrés Celsius. D’où cela vient-il alors? Pas du CO2, mais bien de la vapeur d’eau, qui se trouve ici en quantités colossales dans l’air.

RL : On dit que le temps de la discussion est dépassé. Le temps de l’action est donc arrivé.

Bodifée : Si on dit que le temps de la discussion est dépassé, c’est à ce moment-là qu’une discussion est nécessaire, et que nous devons avant tout en débattre. Comment peut-on dire des choses pareilles ? Comme en démocratie, nous vivons de discussions. La science se construit sur la discussion, pas sur le consensus.

RL : Que pouvez-vous dire de la politique climatique actuelle ?

Bodifée : Notre politique climatique est bien entendu une fiction. Comme si notre ministre pouvait diriger le climat terrestre ! Mais ce que nous devons avoir c’est une politique énergétique. Et dans ce cas je suis en faveur de la recherche d’alternatives pour les carburants fossiles, pas à pas, en toute sérénité. Je plaide également pour la réduction d’émissions CO2. Je ne pense pas que la concentration CO2 actuelle dans l’air soit responsable du réchauffement de la Terre, mais je crois que ce serait une bonne chose de l’arrêter. D’abord il s'agit en termes absolus d’une grande augmentation. Avant la révolution industrielle la concentration de CO2 dans l’air était de 0,028 %. Maintenant presque 0,04 %. En deux cents ans c’est donc une forte augmentation. Je ne pense pas que cela peut faire du mal, mais peut-être ne devons-nous pas continuer à le faire. Deuxièmement, il faudra y arriver car bientôt il n’y aura plus de carburants fossiles. Mon grand reproche à ma génération c’est que nous sommes de terribles profiteurs. Nous avons bénéficié de toutes les recherches et investissements réalisés pendant les années cinquante et soixante. On a bâti alors une industrie nucléaire fantastique qui a fonctionné sans faille pendant un demi-siècle, à deux ou trois exceptions près, et fait beaucoup moins de victimes que l’industrie minière. avant d'être tout à coup diabolisée.

Mais entretemps nous, nous n’avons rien investi, et maintenant nous devons nous débrouiller avec des éoliennes et des panneaux solaires. Ca ne fonctionne pas, naturellement, et débouche sur une escalade des prix de l’énergie et une pénurie généralisée. Nous n’avons pas fait ce que nous devions faire, notamment en terme de recherches et d'investissements. D’abord pour la recherche sur la sécurisation de la filière de la fission nucléaire. L’industrie en est dès lors restée au niveau technologique des années soixante, et en fait ce n’était pas suffisant. Nous n’avons rien fait non plus et investi beaucoup trop peu dans la filière de la fusion nucléaire. Chaque projet s'étend sur une cinquantaine d'années. La fission nucléaire sur base de thorium serait beaucoup plus sûre qu’avec l’uranium. Il faut tout recommencer à zéro, mais nous n’avons rien fait.

Le réacteur international de fusion nucléaire ITER qu’on construit pourrait ouvrir une voie, mais on y investit si peu. On y coopère aussi internationalement. Cela semble peut-être paradoxal, mais la coopération internationale ne fonctionne pas! Elle avance extrêmement lentement, c’est un mastodonte bureaucratique qui connaît énormément de freins. La concurrence fonctionne beaucoup mieux que la coopération. Si l’Amérique avait eu un projet, et le Japon, et l’Europe, alors il aurait déjà été finalisé. Nous avons profité d’une industrie nucléaire et de la consommation de carburants fossiles sans penser à l’avenir et sans investir pour la génération qui nous suivait. Cette génération arrive maintenant, et en subit déjà les conséquences. Cet hiver la lumière s’éteindra peut-être, et dans un certain sens, la lumière est déjà éteinte. Vous n’avez qu’à rouler sur autoroute, il fait tout noir. Cela me donne un sentiment inconfortable. Nous ne sommes plus capables de faire ce que nous avions l’intention de faire. Nous ne le pouvons plus. Le pays est en train de s’effondrer.

(1) Pour nos plus jeunes lecteurs, Gérard Bodifée fait ici allusion au système totalitaire qui prévalait dans l'ancienne partie communiste de l'Allemagne aujourd'hui réunifiée, la Deutsche Demokratische Republik.

Commenter cet article

Sceptique 12/11/2016 06:31

Je n'avais pas lu cet article, que j'apprécie particulièrement. J'en retiens la confirmation de l'arrêt de toute recherche sérieuse en matière de production d'énergie, comme si les énergies renouvelables clôturaient l'histoire de cette préoccupation humaine. Le retard pris finira par avoir une traduction politique et économique, et le réveil sera dur.