«Les peuples n'écoutent plus les sermons du clergé médiatique»

Publié le par Alambic City

«Les peuples n'écoutent plus les sermons du clergé médiatique»
Par
Publié dans FigaroVox le 18 novembre 2016
 
A l'occasion de la sortie du dernier numéro de Causeur, «France inter aux Français! », Elisabeth Lévy a accordé un entretien fleuve au FigaroVox. Elle revient également sur le traitement médiatique de la campagne de Donald Trump et des primaires.
 
Le dernier numéro de Causeur s'intitule, «France Inter aux Français!» Vous aviez un compte personnel à régler avec la radio publique? Qu'est-ce qui vous énerve autant sur France Inter ?
Rien de personnel, rassurez-vous, même si pour des millions de gens quotidiennement ridiculisés, insultés ou caricaturés sur la radio qu'ils payent de leurs deniers, c'est finalement assez personnel. Se faire engueuler à ses frais, ça peut finir par énerver. Je sais, cela semble mesquin de rappeler que Radio France est financée par la redevance, cela suscite toujours chez ses dirigeants des réactions agacées, comme si on avait proféré une incongruité ou une chose vraiment vulgaire (pas d'argent entre nous). N'empêche, il y a là un véritable scandale et le plus scandaleux est qu'il n'y ait pas de scandale. Plus personne ne proteste contre ce que Fabrice Luchini avait appelé avec drôlerie l'idéologie francintérienne, que Stéphane Guillon avait parfaitement résumée dans sa dernière chronique, avant de se faire remercier: «France Inter est une radio de gauche qui se comporte comme une véritable entreprise de droite», avait-il pleurniché. Voilà la vision du monde que propage notre radio publique, en particulier dans ses tranches d'information mais pas seulement. D'un côté il y a les gentils, de l'autre les méchants. Les gentils lisent Mediapart, les méchants Valeurs actuelles, les gentils sont Mariage pour tous, les méchants Manif pour tous. Les gentils votent Mélenchon ou PS tendance frondeurs, les méchants Le Pen ou LR tendance Sarkozy. Les gentils aiment l'Autre, les méchants aiment les frontières. Les gentils aiment Nuit Debout, les méchants aiment Finkielkraut. Je vous laisse compléter…
 
Ils sont de gauche, c'est ça le scandale? La belle affaire…
Désolée, je ne vois vraiment pas pourquoi l'argent public financerait une radio aussi ouvertement idéologique. Et je serais tout aussi énervée si notre radio publique était Radio Réac, même si la qualité du français y serait peut-être meilleure. Moi je veux du choc des idées, de la bagarre, de l'affrontement à la loyale. Que des journalistes, humoristes, producteurs et animateurs de France Inter soient «de gauche», fort bien, de nos jours c'est très vintage et c'est bien leur droit, le problème est qu'ils le soient presque tous. Ce n'est pas pour rien que Montaigne recommandait de «frotter sa cervelle contre celle d'austruy»: la consanguinité intellectuelle ne vaut rien à l'espèce humaine en général et journalistique en particulier. Mais le plus fâcheux est qu'ils en soient arrivés à ne plus comprendre du tout que l'on puisse penser autrement qu'eux. Comment peut-on être Persan? Comment peut-on être catho? Comment peut-on être trumpiste? Pour un cerveau francintérien, ces questions ont deux réponses possibles: vous êtes un idiot ou un salaud. Je n'ai aucune affinité avec Ludovine de la Rochère et son enthousiasme pour la famille m'ennuie un peu mais quand ce n'est pas un journaliste qui dénonce ses idées nauséabondes, c'est un humoriste qui souhaite à voix haute qu'elle et ses semblables disparaissent. À la fin, je me dis que pour les énerver autant elle doit avoir des qualités.
 
Vous pouvez dire ce que vous voulez ça marche! Avec les résultats publiés hier, France Inter caracole en tête des radios généralistes !
Oui je sais, mais qui vous a dit que moi, la France, je me payais une radio pour qu'elle fasse de l'audience? Tant mieux si elle en fait, j'en suis ravie, mais ce n'est pas ça qui est écrit dans le contrat: cette radio doit m'informer, m'éduquer et me distraire, c'est marqué, pas me sermonner, m'engueuler et me rééduquer. Comme moi la France, je ne suis pas plus bête qu'une autre et que j'aime bien me faire mon idée toute seule, je veux que ma radio soit pluraliste, est-ce trop demander? De plus, si France Inter est une excellente radio de gauche, imaginez ce qu'elle serait si elle cessait d'être hémiplégique. La radio publique est à tout le monde, il faudrait qu'elle arrête de regarder la moitié de la France avec des pincettes. Bref, il faut nationaliser France Inter!
 
Vous évoquez une privatisation idéologique de la radio publique. Mais par qui? Vous croyez à un «complot médiatique» ?
Evidemment pas, cette privatisation est parfaitement inconsciente puisque ceux qui la mettent en œuvre pensent que leurs opinions sont la vérité (et qu'il ne saurait y avoir plusieurs vérités concurrentes). Bien sûr, à France Inter, on respecte scrupuleusement les temps de parole et même Marine Le Pen y est régulièrement reçue - et tout à fait courtoisement questionnée par Patrick Cohen. Mais chacun, dans le studio, doit néanmoins faire comprendre à l'auditeur que, lui, il ne mange pas de ce pain-là, des fois qu'on le prenne pour un de ces déplorables, comme dit Hillary Clinton. Et cela ne concerne pas seulement Marine Le Pen, mais tout ce qui n'est pas de gauche. Il y a toujours un point de vue qui joue à domicile.
 
La politique éditoriale de Vincent Bolloré sur Canal+ et Itélé fait débat. On ne vous a pas entendue sur ce sujet. Vous aussi vous pratiquez le deux poids deux mesures ?
Si la radio publique est à tout le monde, Canal + appartient à Bolloré. On peut le déplorer, mais la phrase «je suis indépendant de mon actionnaire» est fausse par définition. Certes, l'information n'est pas une marchandise comme les autres, ce qui suppose le respect de règles particulières, en matière de véracité par exemple. Mais quand quelqu'un se paye une télé, il faut être naïf pour croire qu'on peut à la fois perdre de l'argent et l'empêcher de recruter les animateurs de son choix. Cela dit, si je n'ai pas fait chorus avec l'ensemble de la profession pour défendre le noble droit d'informer, et si je ne me suis pas vraiment intéressée à ce conflit, c'est parce qu'il a commencé par un lynchage. La première revendication des grévistes a été le limogeage de Jean-Marc Morandini. Je n'ai aucune relation avec lui et je n'aime particulièrement pas son journalisme à sensations, mais je ne me rappelle pas qu'il scandalisait qui que ce soit il y a un an. Pour le reste, je ne sais pas ce qu'il a fait, c'est peut-être affreux, mais je sais qu'il bénéficie de la présomption d'innocence. Surtout, j'ai grandi avec «l'Auvergnat» de Brassens et rien ne me fait plus horreur que les gens bien intentionnés qui rient de voir un homme emmené. Si vous ajoutez à cela le fait que cette rédaction qui demandait le limogeage de Morandini pour des actes dont on ne sait pas s'il les a commis, avait obtenu la tête de Zemmour pour des propos dont on sait qu'il ne les avait pas tenus, en effet j'avoue une certaine froideur. C'est grave?
 
Qu'avez-vous pensé du traitement médiatique de l'élection américaine. La victoire de Donald Trump est-elle aussi la défaite des médias ?
La défaite des médias ne tient pas au fait qu'ils n'avaient pas prévu l'élection de Donald Trump: ils le pouvaient d'autant moins la prévoir qu'il a obtenu moins de voix que son adversaire. La défaite des médias tient au fait qu'on ne les écoute plus. Voilà des années que, collectivement et systémiquement, ils agissent comme le Quartier général de la pensée dominante et qu'ils tentent, bien au-delà de France Inter, de rééduquer des masses de plus en plus rétives à leurs sermons. Ici, leurs trépignements, criailleries et grandes déclarations ont rythmé l'ascension du Front national de 5 à 25 % des voix. En Grande Bretagne, ils ont récolté le Brexit et aux Etats-Unis, Trump à la Maison Blanche. En 2002, Philippe Muray expliquait que Le Pen était le gourdin qu'avaient trouvé les gens pour dire merde aux gouvernants. Eh bien on dirait qu'ils sont prêts à saisir n'importe quel gourdin. Et si les médias sont devenus pour beaucoup l'incarnation la plus honnie de ces gouvernants, c'est parce qu'ils prétendent dire ce qu'il faut penser. Ainsi somment-ils les bons peuples d'applaudir à leur propre disparition tout en leur expliquant qu'ils ne voient pas ce qu'ils voient et ne vivent pas ce qu'ils vivent. Je n'ai aucune certitude mais mon intuition est que, dans les reproches faits aux journalistes, leur incessant prêchi-prêcha en faveur du multiculturalisme et leur encouragement à toutes les revendications identitaires minoritaires figurent en tête.
 
Au-delà du cas France Inter, l'absence de pluralisme mine-t-elle les médias français ?
En tout cas, depuis l'élection américaine, tout le monde se pose des questions, tant mieux. Et l'autre jour, à France Inter, il y a eu un «Téléphone sonne» sur l'entre-soi journalistique. Bon, on parlait de l'entre-soi entre soi, mais il faut saluer l'effort. Alors oui, l'absence de pluralisme plombe le débat public. Encore faut-il s'entendre sur ce qu'est le pluralisme: ce n'est pas une arithmétique c'est un état d'esprit, une capacité à se disputer avec soi-même et à faire entrer les arguments de l'autre dans la discussion. Or, plus on est majoritaire, plus cette capacité a tendance à s'éroder. Pour le coup, le refus du pluralisme est loin d'être l'apanage de la gauche. Nous avons tous tendance à rechercher le confort et la réassurance de l'entre-soi. Cependant, attention, une rédaction, ce n'est pas le Parlement. Il n'est pas nécessaire d'être trumpiste ou lepéniste pour parler intelligemment des électeurs de Trump ou de Marine Le Pen, il suffit de descendre du petit piédestal intérieur sur lequel on est assuré de sa propre supériorité morale.
 
Brice Couturier évoque «un Parti des Médias». Partagez-vous son point de vue ?
Que Brice Couturier, dont je recommande la lecture de l'excellent entretien paru dans vos colonnes, me pardonne. Je crois bien que la paternité de l'idée du Parti des Médias revient à feu mon ami Philippe Cohen, avec qui je l'ai développée dans Notre métier a mal tourné(et depuis, ça ne va pas franchement mieux). Donc oui, le Parti des Médias, ça existe. Vous me direz qu'il y a aujourd'hui une profusion telle que chacun peut trouver chaussure médiatique à son pied. De fait, toutes les opinions sont disponibles mais toutes ne sont pas à égalité: il y a une sorte de ronronnement produit par les grands médias qui vous dit ce qui est convenable et ce qui ne l'est pas. Et les limites du tolérable ne cessent en outre de se rétrécir. Alors, ce parti ignore qu'il existe, il ne tient pas de congrès et il se divise souvent, comme sur le cas Macron. Mais il est soudé par le sentiment partagé de sa propre légitimité. Avant la surprise américaine, il avait déjà sacré Alain Juppé, comme hier Edouard Balladur. Depuis le 9 novembre, c'est la panique au quartier général. L'issue du premier tour nous montrera si ce Parti des Médias résiste mieux à Paris qu'à Londres ou New York. En tout cas, à en juger par le débat de jeudi, tous les candidats ont compris qu'il était populaire de cogner sur les journalistes. Qui, eux, n'ont toujours pas compris pourquoi on ne leur obéit plus.
 

 

 

 

 

 

 

 

Elisabeth Lévy est journaliste et directrice de la rédaction de Causeur. Dans son numéro de novembre le magazine dénonce la «privatisation idéologique de France Inter».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sceptique 20/11/2016 11:12

La partialité des médias publics est agaçante, mais semble sans effet convaincant sur les résultats électoraux. Les journalistes devraient s'en préoccuper.