Fumer, un vrai risque de santé publique

Publié le par Alambic City

Fumer, un vrai risque de santé publique

Alors que certaines personnes se demandent si la qualité des aliments qu'ils ingurgitent ou de l'eau du robinet qu'ils pourraient boire ne présenterait pas un risque sanitaire lié à la présence de contaminants, les pesticides, d'autres avancent la qualité de l'air qu'ils respirent, potentiellement pollué là encore par les produits chimiques agricoles. Pourtant que ce soit l'eau que nous buvons ou l'air que nous respirons, dans ce domaine, ces deux éléments essentiels pour notre bien être n'ont jamais été d'aussi bonne qualité !

Les effets de la pollution atmosphérique en France comme en Europe sont une crainte surestimée. Cécile Duflot n'a-t-elle pas prétendu que les émissions des moteurs diesel seraient responsables de 44 000 morts précoces ? S'il est sage de vouloir limiter l'exposition aux particules en suspension dans notre environnement, le nombre de décès prématurés causés par les gaz d'échappement évalué par l'Afsse en 2004 serait de 3 000, fort heureusement un chiffre nettement moins spectaculaire que celui avancé par notre ministre du logement !

 

Regardons les choses en face, le premier facteur de mortalité ayant comme origine une maladie respiratoire est la consommation de cigarette avec ses 73 000 morts prématurés par an.

 

Le tabac, nicotine et produits chimiques inhalés sciemment par l’homme

  • La fumée du tabac contient plus de 400 substances chimiques, dont on sait qu'au moins 250 sont nocives et plus de 50 cancérigènes.
  • La consommation de tabac est responsable de la mort prématurée de la moitié de ceux qui en consomment.
  • Le tabac, c’est 73 000 morts prématurés (tout le monde meurt en jours ou l’autre) en France chaque année. C’est-à-dire, 200 décès par jour, avec une espérance de vie réduite de 5 à 10 ans selon l’importance du tabagisme.
  • Le tabac, c’est aussi, une source de souffrance à un cout social important.
  • Le tabac est responsable de près de 6 millions de morts prématurés dans le monde dont 600 000 non-fumeurs involontairement exposés à la fumée.

Sources

Revue Science et pseudo-science n°306, octobre 2013

Le livre de Jean de Kervasdoué, Ils ont perdu la raison

De la nicotine et des agents chimiques inhalés...

De la nicotine et des agents chimiques inhalés...

La perception des causes de cancer
Opinion sur les facteurs pouvant favoriser l’apparition d’un cancer (pourcentage répondant « probablement » ou « certainement »). Source INPES 2010.

Opinion sur les facteurs pouvant favoriser l’apparition d’un cancer (pourcentage répondant « probablement » ou « certainement »). Source INPES 2010.

Les principales causes de cancer en France en 2000
Les principales causes de cancers en France en 2000

Les principales causes de cancers en France en 2000

Pourcentage de l’ensemble des décès par cancer attribués par causes avérées en France en 2000 (ces pourcentages ne s’additionnent pas).

(*) Le rapport note que « Si on prenait en compte certaines études, encore discutées, sur la pollution atmosphérique, le pourcentage des décès par cancer liés à la pollution pourrait atteindre 1 % pour les hommes et 0,4 % pour les femmes. »

Source : http://www.academie-sciences.fr/act... Rapport de l’Académie nationale de médecine, de l’Académie des sciences, du Centre International de Recherche sur le Cancer de l’OMS, de la Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer, et avec le concours de l’Institut national du Cancer et l’Institut national de veille sanitaire.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sceptique 07/03/2014 21:11


Je voulais reprendre notre dialogue sur le sujet que vous avez abordé. S'il est difficile de combattre les addictions à leur source, en raison du malaise habituel des adolescents, surtout dans
une société qui ne leur offre plus rien, le tabac crée un vrai problème médical et de santé publique. Pas tellement par sa nicotine que par ses déchets de combustion, à l'origine des bronchites
chroniques et des cancers des voies aériennes.


On constate aujourd'hui que la cigarette "électronique" favorise le sevrage. Mais on a commencé, avant de savoir quoi que ce soit, par l'interdire aux mineurs. Une solution consisterait, au
contraire, à la conseiller aux jeunes tentés par l'acte de fumer, de la choisir, avec un dosage en nicotine le plus faible possible, en première intention.

Sceptique 05/03/2014 07:50


Ancien fumeur moi-même, sevré depuis trente ans, je ne peux qu'être d'accord avec votre jugement, avec votre évaluation du véritable danger. Le problème, c'est le malaise habituel des jeunes, qui
ressentent le besoin d'une substance "psychotrope" pour mieux supporter leur....jeunesse. Parmi lesquelles le tabac est "le moins pire", et le plus accessible. C'est donc le dernier à abandonner,
mais en même temps, le plus profondément enraciné.

Alambic City 06/03/2014 13:11



Ce qui m'intéressait dans ce sujet, c'est de montrer que beaucoup de risques sont surestimés, des risques potentiels (mais parfois bien réels!) dont on peut se sentir impuissant à éviter (exemple
la pollution atmosphérique, on ne va pas se boucher le nez ou se déplacer avec un filtre à charbon sur la figure). Combien de fois ébahi, j'ai assisté à de grands questionnements sur la sécurité
des aliments, des gens prétextant que seuls des produits bio leur garantissaient une bonne hygiène de vie, les mettant à l'abri de cancers... Un discours tenu avec aplomb, clope au bec !
Les dangers de la cigarette ? « Mais non voyons, on est dans une société alarmiste, les risques sont exagérés et puis de toute façon, il faut bien mourir de quelque chose... »

Mon regard sur la cigarette a changé. Si avant je mettais en garde une partie de mon entourage contre ce comportement, véritable nuisance addictive, je relativise aujourd’hui sur ce psychotrope
nettement moins nocif (tout est relatif) que les drogues dures qui circulent aujourd'hui partout et qui sont consommés même chez les plus jeunes...
Des potentiels, des vies gâchées par ces saloperies.