In vino veritas

Publié le par Olivier



SDC11795 - Version 3-copie-1
Hier soir, j'avais rendez-vous avec l'équipe de "joyeux larrons" à la maison des jeunes de Barbezieux pour une séance de dégustation de vins animée par Isabelle Roberty, notre professeur d'oenologie. Cette petite réunion mensuelle est un très bon prétexte pour retrouver les copains.
La plupart du temps, je m'y rends en covoiturage avec mon copain Albert avec qui on accuse une bonne demi-heure de retard systématique, ce qui correspond au quart d'heure charentais multiplié par deux.

J'en profite ici pour présenter mes excuses les plus sincères à tout le groupe en précisant que ce retard incombe à mon coéquipier qui avec l'âge a de  plus en plus de mal à gérer le temps qui passe de ses journées mouvementées. Les cours débutent à dix huit heures trente, chaque séance traite un thème préalablement choisi par notre maitresse œnologue. Au cours de la première heure, Isabelle commence sa leçon avec un peu d'histoire en relation avec les vins que nous allons déguster et en refaisant le point sur les caractéristiques des cépages concernés. Le cours très sérieux se déroule dans la bonne humeur. Humeur d'un groupe qui vient ici pour apprendre mais aussi pour se détendre. Sérieux mais pas trop, moi ça me convient très bien !

La deuxième partie est consacrée aux travaux pratiques : la dégustation. Durant cette deuxième heure, tout le monde est unanime, c'est le moment le plus distrayant, c'est la récréation contenue et cadrée que nous accorde notre professeur. Lorsqu' Isabelle commence à nous servir les vins, Albert hésite  entre le plaisir de s'en basculer un rapidement ou se pencher avec assiduité sur l'inextricable vin dépourvu d'étiquette. Le stress de l'examen de fin d'année le conduit sur la deuxième option. Souvent opposés l'un et l'autre sur tous les vastes sujets du monde, on se retrouve néanmoins d'accord sur un point : sans étiquette, le vin rend humble au début puis saoule par la suite...

 

Isabelle Roberty

 

 Isabelle Roberty toujours très stricte sur le respect du protocole.

 

Au cours de cette dégustation, on observe les règles de bases : recracher pour rester le plus juste possible dans les méandres de l'incertitude.

Je constate souvent que notre jugement est sévère sur les vins dégustés. Il y a, je pense, plusieurs raisons à cela. La première, lorsque l'on déguste à jeun, on aurait tendance à chercher d'abord les défauts du vin au lieu de mettre en avant ses qualités. La seconde, le vin est fait pour être bu au cours d'un repas et les mets qui l'accompagnent modifient souvent son goût, c'est aussi pour cette raison que le vin peut paraître différent en fonction du plat servi. L'interdépendance entre le plat et le vin m'amène à penser qu'au prochain cours, je débarque avec un poulet grillé !


 

SDC11790

"Olivier, tu caches tes notes, le jour de l'examen Albert ne pourra pas copier sur toi !"

 

Mercredi, le thème était le Sémillon et le Chenin. Deux cépages bien distincts pourtant mais c'est bizarre, comme si l'absence d'étiquette nous rendait un peu plus modestes... Honnêteté et modestie passagères de courte durée pour mon voisin Albert qui n'a cessé de reluquer mes notes exhaustives et précises des impressions souvent très fiables des vins décryptés par mon scanner olfactif et par mon synthétiseur de goûts reconnu par le club très fermé des plus grands sommeliers de France.


      SDC11816

Albert, mon père turbateur : "Olivier, aide moi je suis largué.."

 

En face de moi, François le caviste mitraille la prof de rafales de mots savants : " Hé madame, madame, j'ai senti du coing, du tilleul et du géranium pour le premier vin et de la rose mure, du miel, et une légère note litchi au nez pour le deuxième madame ". Isabelle : " C'est bien François mais Olivier l'a déjà dit il y a un quart d'heure... "

 

Nous avons fini la soirée chez Fanfan qui nous avait concocté un petit civet maison, je vous dis pas le régal ! François le caviste avait récupéré, en douce,  des bouteilles à la fin du cours que nous avons re-gouté pour affiner notre jugement. C'est infernal, on est toujours au boulot !

 

SDC11824

Albert à Fanfan : "Après toutes ces conneries, seul ton civet pouvait me réconcilier avec l'existence..."


Publié dans Le grand foutoir

Commenter cet article

isabelle 06/05/2011 11:18



Bonjour,


Rien à dire sur les qualités d'écriture d'Olivier.


Je connaissais tes talents de dégustateurs, de vigneron et ton sens de l'humour, mais là je découvre  une autre facette du bonhomne.


A mercredi


Isabelle (la prof)



Ramon 18/04/2011 13:46



Tieu Zèb s'est arrêté d'picoler ...



Paul 15/04/2011 18:33



Le cercle des peut-être ...



François 15/04/2011 18:05



Alors là Albert , chapeau bas....... moi , j'ai simplement décliné l'invitation de ce soir , non mais ....


Mais t'as raison , entre nous , pourvu que les canaris nous le bouffent pas et qu'il nous revienne en plAine forme ( euh , pleine forme )


 



albert 15/04/2011 13:40



ahhhh! quel bonheur!...de servir de punching-ball à un tel talent! unissons-nous, amis lecteurs de ce blog, afin qu'un tel génie  entre enfin au panthéon de la litterature. C'est bien le
moins, en attendant l'académie française! Ne le laissons pas croupir dans de basses besognes vaguement agricoles et hautement éthyliques.. Faisons en sorte que toutes ses soirées deviennent des
Vendredi soir, là où sa faconde et son imagination sans bornes donnent toute leur mesure! Quoi? on me parle d'orthographe? Broutilles, billevesées..mesquinerie de petits joueurs. Demande-t-on à
Carlos Goshn de savoir faire une vidange de voiture où à Sarkozy de comprendre ses discours? non, bien-sûr!


En attendant l'avènement final de cet être d'exception, soyons, mes amis, heureux et flattés de faire partie de ses relations.


PS: p'tain, chuis à fond, là! si avec ça j'arrive pas à faire le plein de gnac' pour la saison....



Vinosse 15/04/2011 08:00



Par où ce que ça passe ...



Vinosse 15/04/2011 07:59



Bin, pour le littéraire, faudra revoir l'orthographe !


(co-équipié ?!!!!   Je rigole ...  )


 


Sinon, si t'as écrit ça en rentrant bourré, continues de picoler, t'as tes chances au Prix des Terroirs de France !


 


Sinon: "le pinard c'est que d'la vinasse ... Ça fait du bien oùsse que ça passe"



ju 15/04/2011 07:43



Hey!


T'as arrêté l'agriculture pour le littéraire???


Il y a une similitude.......... la récolte!!!


D'un côté le vin, de l'autre, les prix littéraires!!!


Je vois que tu es chaud pour les 2!


Bizzzzzzzzzzzzzzzzzzz