L'arrachage de la vigne

Publié le par Alambic City

SAM 2505

 

Avant de procéder à l'arrachage des pieds de vigne, le viticulteur aura pris soins de dévitaliser la vigne au glyphosate après la récolte à la dose de 3 à 4% en mouillant le feuillage dans son intégralité. Le but de la dévitalisation est de détruire chimiquement le système racinaire pour éviter la survie des racines vecteurs de maladies (comme le Court-noué). Cette dévitalisation doit se faire rapidement après avoir vendangé la parcelle afin de profiter du maximum de la surface foliaire active car certaines années, des gelées d'automne apparaissent peu de temps après la récolte, les feuilles sèches ne sont alors plus réceptives au désherbant. Cette dévitalisation est effectuée avec des panneaux récupérateurs en face par face dans les conditions météo favorables à la limitation de la dérive (sans vent). L'applicateur après avoir revêtu sa combinaison pour la préparation de son pulvérisateur réalisera ce traitement dangereux à l'abri dans sa cabine de tracteur.

 

Avant l'arrachage

 

Après avoir réaliser la dévitalisation au gyphosate, Il faut ensuite attendre que le produit migre complètement pour pouvoir envisager l'arrachage à partir du mois de février. A noter que les viticulteurs qui souhaitent replanter sur la même parcelle se trouvent confrontés à des problèmes à la fois agronomiques et administratifs. Le cas idéal est de laisser la parcelle arrachée au repos pendant au moins sept ans (temps nécessaire à l'éradication des nématodes du Court-noué). D'autre part dans le cas où le viticulteur pour des raisons diverses (manque de terre agricole) est amené à replanter sa vigne sur la même parcelle la même année, il devra attendre 1 mois avant que le service de la viticulture lui délivre l'autorisation de replantation...

 

Plusieurs méthodes

 

Tronçonner les ceps puis extraire les racines à la sous-soleuse en U

  • Retirer les amarres. 
  • Tailler la vigne (facultatif) pour faciliter la récupération des fils. 
  • Retirer les fils à recycler (les plus faciles à enlever comme les fils releveurs).
  • Retirer les piquets.
  • Couper les ceps à la tronçonneuse.
  • Regrouper les ceps avec un chargeur puis brûler les tas.
  • Passer la sous-soleuse (en U) pour soulever les racines hors du sol.
  • Retirer les ceps coupés et les racines manuellement.
  • Passer le cultivateur pour extraire le reste des racines.
  • Finir de brûler les ceps et les racines.

SAM 2295

 

Le viticulteur peut récupérer ses fils de fer et ses piquets pour les réutiliser. La vigne dévitalisée peut être ensuite taillée mais cette opération coûteuse peut être évitée (attention à ne pas tailler la vigne trop tôt pour s'assurer que le glyphosate migre bien jusqu'aux racines).

 

SAM 2383

 

SAM 2390

 

Le viticulteur peut faire appel à un prestataire de service qui avec du matériel approprié (type tractopelle, chargeur ou télescopique équipé d'une fourche) poussera les rangs de vignes (avec piquets et fils) pour les regrouper en tas et les faire brûler.

Les racines seront ensuite extraites avec une sous-soleuse.

 

Arrachage des ceps et des piquets à la pince

  • Retirer les amarres.
  • Retirer les fils à recycler (les plus faciles à enlever comme les fils releveurs).
  • Arracher les ceps et les piquets avec une pince.
  • Récupérer les piquets encore utilisables.
  • Regrouper les ceps avec un chargeur puis brûler les tas.
  • Passer le cultivateur pour extraire le reste des racines.
  • Finir de brûler les ceps et les racines.

SAM 2506

 

SAM 2510

 

Les pieds de vignes et les piquets peuvent être arrachés en même temps avec une pince, le tout est ensuite regroupé avec un gros engin pour être brûlé.

SAM 2512

  SAM 2764

 

 

Les ceps de vignes dévitalisés doivent impérativement être brûlés sur place et ne pas servir au barbecue, le glyphosate accumulé dans le bois est relargué lors de la combustion du ceps.

 

Le passage d'un matériel à griffe est souhaitable pour remonter à la surface le reste des racines et les retirer du sol.

 

 

 

Publié dans Dans la vigne

Commenter cet article