La Flavescence dorée dans le Vignoble Charentais

Publié le par Alambic City

  cicadelle flavescence doree

Flavesence dorée, classée maladie de quarantaine au même titre que le phylloxera
La Flavescence dorée identifiée formellement depuis 1997 sur le vignoble charentais est une maladie extrêmement préoccupante qui peut causer de lourdes pertes économique. Si celle-ci n’est pas maitrisée, c’est l’ensemble du vignoble qui est mis en péril.
Les ceps atteints par la maladie sont infectieux et aucune solution curative n’existe : l’arrachage du cep malade et la diminution de la population vectrice sont les seules solutions pour limiter la propagation de la maladie.
 
Qu’est-ce que la flavescence dorée ?
flavescence JB-LaffitteLa Flavescence dorée est une jaunisse de la vigne au même titre que le bois noir dont un phytoplasme (petite bactérie sans paroi) en est le responsable. Ce phytoplasme circule dans la sève élaborée et engendre un déséquilibre de la plante hôte. Il provoque des symptômes et dans le cas de la Flavescence dorée, la mort progressive du pied.
Ce phytoplasme se conserve à vie dans la souche. Il se propage très rapidement car il est transmis par un insecte inféodé à la vigne.
 
Quels sont les symptômes ?
La présence simultanée de 3 symptômes est nécessaires pour confirmer la présence de la flavescence dorée :
  • Les feuilles jaunissent (sur cépages blancs) ou rougissent (sur cépages rouges). Elles s'enroulent, s'épaississent et durcissent. Les nervures ne restent pas vertes mais se colorent comme la feuille.
  • Les grappes se dessèchent à tous les stades, dès la fleur jusqu'à la récolte. Les baies se flétrissent. Les grappes peuvent même disparaître.
  • Les rameaux restent verts jusqu'à la base, ils ne s'aoûtent pas du tout. Ils seront détruits par les gelées et rendront la taille difficile.
Les symptômes se manifestent au minimum un an après la contamination mais les ceps peuvent incuber plusieurs années avant d'extérioriser la maladie.
 
Surfaces de vigne concernées
Carte Flavescence dorée Charentes-copie-1Entre 1998 et 2012, 93 hectares de vignes ont été arrachées en Charentes selon les Chambres d'Agriculture.
Avec plus de 54500 ha (+7%) inscris dans le Plan de Lutte Obligatoire, 70% du vignoble est concerné !
En 2013, le PLO s'est étendu à 281 communes (+6 % par rapport à 2012).
 
Une maitrise totale de cette maladie, voire une éradication, ne peut donc pas être envisageable à court terme.
Pour éviter la propagation de la maladie et limiter au maximum les applications de pesticides, le maintien de la surveillance et politique volontaire de retrait sont donc les deux axes à poursuivre encore plusieurs années.
 
Les statuts possibles
  • Une commune est dite contaminée si une analyse effectuée sur un pied présentant des symptômes est positive. Dans ce cas, toute la surface viticole de la commune est déclarée contaminée.
  • La commune de sécurité est susceptible d’être contaminée par la Flavescence dorée. C’est une commune limitrophe d’une commune contaminée. Elle permet d’éviter l’extension de la maladie en limitant la progression du vecteur.
  • Les communes assainies sont des communes qui étaient contaminées et sur lesquelles pendant deux ans il n’a été observé aucun pied contaminé par la flavescence. Il leur reste ensuite un an pour sortir de PLO.
 
evolution.jpg  
La prospection
triangle2A la bonne période de l’année (idéalement au plus près de la date des vendange), est nécessaire afin d’éliminer les risques de contamination par trois opérations simples : repérer, déclarer et enfin arracher les pieds malades.
La survie du vignoble est en jeu.
Un seul cep malade chez un vigneron peut contaminer toute son exploitation et les parcelles alentours.
Si plus de 20% des pieds sont malades, l’arrachage de la totalité de la parcelle est obligatoire et sans aucune compensation financière.
 
Le traitement insecticide
indexLe traitement insecticide n’est pas une solution suffisante à la maitrise de la maladie car celui-ci ne cible que la cicadelle. L’insecte est vecteur de la Flavescence dorée si, et seulement si, il se nourrit sur un pied malade.
C'est le Service de Protection des Végétaux qui détermine tous les ans, les dates précices de traitement en fonction de l'état des populations de cicadelles, celles ci sont communiqués aux viticulteurs par le biais des Avertissements Agricoles.
Comme on ne peut pas détruire le phytoplasme, on lutte donc contre son vecteur, la cicadelle. Dans les communes du périmètre de lutte, les trois traitements sont obligatoires :
  • Le premier intervient un mois après les premières éclosions de cicadelles (environ début juin).
  • Le deuxième, 15 jours après, à la fin de la rémanence du premier traitement
  • Le troisième, fin juillet début août visant les adultes.
 
Propagation de la maladie
Propagation Flavescence
 
Les obligations des viticulteurs
 
Prospection
La prospection est obligatoire dans toutes les parcelles de l’ensemble des deux départements
  • Si symptômes : obligation d’en informer l’autorité administrative
  • La prospection et le marquage des ceps atteints doivent être effectués à une date fixée par arrêté prefectoral.
  • L’enregistrement des prospections sur une fiche de prospection est obligatoire. Il doit être conservé pendant 5 ans
  • Une copie doit être transmise à la FREDON, antenne de Cognac.
Traitements
  • 3 traitements pour les communes contaminées du PLO.
  • 2 traitements pour les communes de sécurité (limitrophes des communes contaminées) du PLO.
Déclaration et arrachage
  • La déclaration des foyers et l’arrachage doivent être faits avant le 31 mars 2014.
Risques encourus en cas de non-application
  • 6 mois d’emprisonnement.
  • 30 000 € d’amende.
 
Sources & Copies
Guide Viticulture Raisonnée des Charentes
La cicadelle de la flavescence dorée.

La cicadelle de la flavescence dorée.

Publié dans Dans la vigne

Commenter cet article

Loïc 03/03/2014 07:50


Et n'oublions pas que le PYREVERT est homologué sur cicadelle de la flavescence dorée. Donc même avec de fortes convictions biodynamques, il y a un moyen adapté.

Laurent Berthod 28/02/2014 14:36


Merci pour cet article, clair, net et sans bavure. A faire lire à tous les bionimenteurs !

Olivier 25/02/2014 19:31






Un insecticide qui ne sauve pas des pieds de vigne, mais dont l'utilisation éradique le paludisme : le DDT ! Mais surtout n’allez par dire cela à un militant antipesticide, sa véritable
nature risquerait de dévoiler un humaniste bien étrange...



Greenpeace est-elle une association délibérée d'écologistes criminels ? Ou est-elle composée de simples militants fanatiques qui agissent à l'encontre de leur premier projet : sauver des
vies humaines ?

À vous de voir...

DDT et lutte contre le
paludisme : La réécriture de l'histoire

yoann lefebvre 24/02/2014 22:16


Olivier,


Recycle toi, la sphère technique régionale à besoin de ton talent de technicien...Bravo, tes articles sont très bien...

Alambic City 24/02/2014 23:25



Merci Yoann, mais celui-ci est juste une petite compile faite à la base par de vrais
techniciens comme toi !
C'est l'actualité qui m'a poussé à remettre en forme ce qui a très bien été rédigé par les instances officielles dont tu as fait partie à une époque. De plus, ça m'a permis de connaitre les
surfaces exactes de notre vignoble menacées par cette maladie. Ce n’est pas rassurant, le danger est réel, il est bon de le rappeler calmement.

Mais tu me connais et j'enrage quand je lis et entends ce mouvement de solidarité à l'égard de ce vigneron fanatique qui refuse de rentrer dans le plan de lutte obligatoire.

Mon cher Yoann, les pesticides n'ont vraiment pas bonne presse dans un pays pourtant gros consommateurs de médicaments. Comment faire comprendre à tous ces gens qui se sentent manipulés par
les laboratoires phytopharmaceutiques et autres lobbys peu recommandables que c'est justement ces méchantes industries qui tous les jours contribuent à leur bien-être grâce à la chimie ?

Que penseraient nos grands-parents de toutes ces inepties chantées par les écolos et les bobos qui ne connaissent rien, qui ne comprennent rien mais dont les médiats pourtant raffollent et
accompagnent de leurs petites musiques démagoqiques et angoissantes ?

Certainement que comme Maurice Tubiana ils diraient "Arrêtons, d’avoir peur !" ou penseraient tristement comme Jean de Kervasdoué dans son dernier livre : "Ils ont perdu la
raison"






Mais ne renonçons pas. Tout s’arrange toujours… Même mal !


 


À demain pour progresser ensemble dans le plaisir du positif...


 


J’en profite pour te mettre en lien un excellent article de mon ami Sceptique qui ne
reste pas sans voix sur ce phénomène d’actualité.


http://sceptique.canalblog.com/archives/2014/02/22/29273696.html