Les pavés malheureux

Publié le par Alambic City

Une démarche linéaire sur des talons aiguilles éculés léchant les pavés trop célèbres des attentes malheureuses.

Des mégots échoués dans le caniveau rassemblant leur courage pour regagner les égouts affamés d'immondices citadines.

Les bas résilles noirs dévoilant des jambes expertes et provocantes, excitatrices d'un désir violent et animal.

Un cuir léger et rouge attisant le quidam contraint à détourner la tête pour jeter un regard possédé sur ce spectacle démoniaque.

Des lèvres sang crachant les jurons enfumés des bordels, accompagnées de yeux félins miaulant : «Regarde-moi. Je te fais peur ?». Ses doigts désœuvrés arborent des ongles durs couleur émeraude qui taquinent un collier bleu saphir humilié d'en être réduit à enchaîner un cou trop blanc parcheminé. Elle approche à pas lents, un sourire fraudeur aux dents tachées de nicotine. Alors elle se met à parler mathématique en basculant son cul. Moi, j'ai subitement le mal de mer sur ce roulis aux odeurs de vanille d'un triste simulacre. J'aperçois au bout de la rue son proxénète qui, hors de la tempête, tend ses filets en attendant la pêche. Non, je ne veux pas avoir à faire à ce commerce triangulaire.

 

«-Heu... excusez moi madame mais j'ai pas d'argent.

-j'm'en fou, monte vite... Pour toi, beau gosse, ça s'ra gratuit !»

 

Texte 1998

Les pavés malheureux

Commenter cet article

Daniel Duret 20/04/2011 08:26



Pour l'ambiance Frédéric Dard, faudra aller voir ailleurs... Trouver un truc qui soit marrant subtil et grossier à la fois, ce qui n'est pas le cazici.



Loïc 18/04/2011 09:48



Prendre la tête, il sait faire. Mais dans la vie comme en distillation c'est vite enivrant.



bécassine 15/04/2011 21:09



C'était bien parti ; le décor était campé, atmosphère glauque, inquiétante  et tendue des quartiers chauds de Buenos Aires, début parfait  pour un bon polar ambiance Frédéric Dard.
Mais voilà, je ne sais pas qui vous fréquentez Mr le Bouilleur, quel est votre proche voisinage mais tout a dérapé ! Avec vos qualités littéraires, votre sensibilité à fleur de peau, votre
délicatesse que l'on devine sans peine vous devriez réfléchir à mieux vous entourer. Vous qui distillez un divin nectar, ne prenez que la "tête" et ignorez la lie. Ce monde là n'est qu'un infâme
brouilli alors que vous êtes digne d'appartenir à la société millésimée, les litres* de notre pays.


*pardon, l'élite !


 



La poupouf 11/04/2011 20:30


Jolie photo ! Il faut absolument que tu me donnes la marque de ta crème à épiler !
Tes belles jambes semblent toutes douces. Le VTT vous change un homme, c'est sur !


Ramon 11/04/2011 19:00


C'est qui cette pauv' fille ???


Cécile 11/04/2011 17:58


Olivier,
D'un blog poético-viticole, on verse dans le délire un rien schizo.
Voilà qu'après avoir usurpé mon identité en envoyant des mails à mes copines pour qu'elles viennent lire ton blog (!), tu te sers de cette pauvre fille fictive Margaux pour discuter avec ton
beauf... As-tu songer à traverser la route pour lui parler en privé de tes hypothétiques déviances autour d'un XO ?


Margaux 11/04/2011 13:26


Monsieur Loïc,

Je suis surprise de cette relance et tiens à vous préciser que je me suis bien acquitté de ma cotisation cette année auprès de votre trésorier monsieur Ràmon.
En espérant que cette méprise sera rapidement réparée.

Bien à vous.


Margaux, secrétaire très privée de monsieur Sauvaitre.


Ramon 11/04/2011 10:53


Au Tâtre, y'a que des trous du cul !!!


Syndicat des travelos du Tâtre 10/04/2011 21:10


Bonsoir Mr Sauvaitre. Pourriez-vous vous acquitter de votre cotisation annuelle? Pour mémoire, le montant est de 100€ dans les fesses (à prononcer avec l'accent brésilien).


BétéBorné 10/04/2011 19:54


O l'é sur !!!


Loïc 10/04/2011 11:47


Aieeeee! Dédoublement de la personnalité. C'est pire que ce que je croyais.


Vinosse 10/04/2011 07:28


Après une pareille soirée, la géographie personnelle du phantasmatique et alambiqué rêveur va juste évoquer l'archipel du Tu as mon trou !


Margaux 10/04/2011 07:22


Monsieur Loïc, je me dis depuis le début, qu'on est mal parti tout les deux. Pour cette raison, j'aimerai vous rencontrer. Pourquoi par un resto-ciné ensemble ? Ce soir, je suis libre... Si une
femme de caractère ne vous effraie pas, je vous attends pour 19 heures à l'entrée de l'église de Reignac dans une tenue qui devrait vous faire comprendre qu'après cette petite sortie (à votre
charge) vous serez en droit de vous attendre à une nuit où vos fantasmes les plus enfouis pourront enfin se réaliser. En toute discrétion, à ce soir petit coquin...

PS : Si vous voulez vous conduire en parfait gentleman, un petit présent serait de bon augure. Pourquoi pas un dictionnaire ?


loïc 09/04/2011 22:47


Margaux c'est bien le pseudo d'Olivier quand il tapine avec son verre de vin rouge dans la forêt de la Double de Saintonge (équivalent du bois de Boulogne dans le sud Charente). Et puis, comme le
dit Vinosse, un simple regard sur l'orthographe permet de démasquer le poète plus haut que son cul des Chaussades. Bon, même si Cécile m'a avoué que la carte de France se limitait un peu trop
souvent à la Corse, continue tes textes on t'aime....


Vinosse 09/04/2011 18:17


T'en fais pas Loïc, je te soutiens ...
C'est incroyable ces prétentieuses sans humour et sans esprit...
Sans orthographe non plus !


Margaux 09/04/2011 15:15


Votre géographie française à des parfums de marée basse monsieur Loïc. Mais il faut dire que la vulgarité coutumière des indigènes de votre district, tellement prévisible dans l'usage de métaphores
primaires est somme toute plus aisé que de cultiver l'élégance et la subtilité comme on peut aimer à les retrouver dans les textes ingénieusement drôles d'Alambic Man. Je vous conseillerez donc de
prendre un peu le large pour respirer l'air pur d'autres communes du Sud-Charente et d'en profiter par la même occasion pour oxygéner votre tout petit cerveau.

Continuez à nous faire rêver monsieur le bouilleur de crus. Je suis une de vos plus grands fans !


Loïc 09/04/2011 09:36


Et là, tu t'es réveillé avec une carte de France sur le pyjama....