Pourridié et Court-noué de la vigne

Publié le par Alambic City

 

Le pourridié

 

Le pourridié est une maladie parasitaire due à des champignons, principalement l'Armillaria mellea, qui se développe sur les racines des vignes, des chênes et des arbres fruitiers. Elle engendre la mort des ceps atteints. Les symptômes apparaissent plusieurs années après la contamination et sont délicats à identifier.

 

Les symptômes

  • Odeur de champignon
  • Racines gorgées d'eau et écorces noirâtres
  • Feutrage blanc sous l'écorce des racines et du collet quand l'attaque est avancée
  • Débourrement difficile
  • Jaunissement ou rougissement des feuilles selon les cépages (évolution en tâches concentriques)
  • Croissance ralentie, entre-nœuds raccourcis, feuilles atrophiées

Les actions préventives

  • Bien prendre en compte le précédent cultural favoriser l'écoulement de l'eau (drainage, décompactage,...) car le développement du champignon est favorisé par la stagnation de l'eau dans les sols (sols hydromorphes, mal drainés....)
  • Veiller à ne pas planter de la vigne trop près d'une forêt (chênes) et attention au remodelage de la parcelle (risque de ramener des racines de chêne)

 

Le Court-noué

 

Le Court-noué est une maladie virale qui peut conduire à l'arrachage prématuré de la parcelle elle est transmise par des nématodes qui vivent sur les débris de racines. Ces nématodes sont vecteurs de deux types de virus le GFLV (grapevine fan leaf virus) et l'ArMV (arabic mosaïc virus) ; ils peuvent être identifiés sur vigne par le test sérologique ELISA.

 

X%20index

Xiphinema index isolés à partir d’échantillons de sol provenant d’une parcelle de vigne atteinte par la maladie du court-noué. Le nématode acquiert le virus lors des prises alimentaires sur une vigne infectée, le retient spécifiquement au niveau de son appareil alimentaire et le relargue lors de prises alimentaires ultérieures sur des plantes saines. (Source et photo INRA).

 

Les symptômes  

  • Sur ceps : affaiblissement progressif du cep (qui peut aboutir à sa mort)
  • Sur rameaux : aplatissement ou raccourcissement des entre-nœuds, division du rameau en "balais de sorcière" sur feuilles : déformation, panachure
  • Sur grappes : coulure, millerandage, hétérogénéité de maturité, perte de qualité

Les actions préventives

 

Comme pour le Pourridié, il n'existe aucune méthode curative. Il faut nécessairement agir en préventif.

  • Ne pas planter de vigne sur une parcelle atteinte avant 5 à 7 ans
  • Utiliser du matériel végétal certifié
  • Entretenir les abords de la parcelle 
  • Eliminer les repousses de vigne 
En cas de doute, il est toujours possible de réaliser une analyse nématologique sur terre. Mais le prélèvement, pour qu'il soit représentatif, est très délicat. Si le résultat de l'analyse est négatif, il faut rester très vigilant.

 

 

SOURCES : Groupe de travail Régional Midi-Pyrénées - Chambre d'Agriculture - ITV Sud-Ouest - Onivins

Publié dans Dans la vigne

Commenter cet article