Dis papa, pourquoi tu traites ?

Publié le par Alambic City

SAM 6777

Lorsque mes enfants me demandent pourquoi je traite la vigne et que je fais du mal à la planéte avec les produits chimiques, je leur rappelle que lorsqu'ils sont malades, parfois le docteur, lui aussi leur prescrit des médicaments qui ne sont pas du tout naturels pour les soigner. Je leur explique aussi, que la base d'une protection phytosanitaire efficace consiste à intervenir avant que la plante soit touchée par la maladie, et que le succès de cette protection repose sur des applications préventives. Mais je dois reconnaître qu'avec les enfants, on est parfois plus convainquant...
 
Certaines personnes s'imaginent que la vigne n'a pas besoin de recevoir de pesticides pour que celle-ci produise de bons raisins. Pour d'autres, les viticulteurs se feraient manipuler par les négociants de produits phytosanitaires qui prescrivent des traitements de manière excessive et irraisonnée. De toute façon, c'est bien connu, les vignerons assoiffés par l'argent préféreraient polluer l’environnement que de perdre quelques litres de vin...
 
Et pourtant, cette année encore, a constater l'allure pitoyable des rangs témoins non traité d'une parcelle de vigne d'Ugni Blanc, je me dis que la lutte phytosanitaire n'était peut-être pas si superflue que ça !
 
La preuve par l'image
SAM 6781
Rang de vigne non traité. L'absence de protection phyto confirme l'étendue des dégâts. Il ne reste que très peu de feuilles, les  bois n'ont pas aoutés, le peu de raisin qui reste n'est pas joli à voir...
 
SAM 6789
Rang de gauche : rang de vigne n'ayant pas reçu de produit en début de protection puis ayant été traité par la suite.
Rang de droite : Rang de vigne n'ayant reçu aucun traitement (excepté les deux derniers traitements (mois d'aout).
 
SAM 6786
Quelques rangs plus loin, la vigne traitée est relativement peu touchée par le mildiou virulent de ce millésime 2013.
 
SAM 6774
Cette vigne sacrément atteinte par le mildiou a pourtant reçu plus de 10 traitements phytosanitaires. Avec les fortes précipitations et le retard végétatif, les attaques de midiou ont été également tardives et intenses durant cette campagne 2013.
 
SAM 6772
Après les feuilles recouvertes de mildiou qui finissent par tomber, ce sont les graines qui sont  touchées par l'échaudage, le rot brun, le black rot et le botrytis...

Publié dans Pesticides & OGM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sceptique 05/10/2013 21:03


Merci pour votre réponse.La pire action dontre les vaccinations n'est pas l'insuffisance de l'information, mais la fréquence et de la violence de la contre-information. Il est possible qu'une
vaccination ait été pratiquée peu de temps avant l'éclosion d'une affection, dont il est difficile de prouver que la vaccination est son facteur déclenchant, mais par contre facile de l'en
accuser. Et l'accusation est abondamment relayée par les médias, et inscrite au catalogue des associations antivaccinales. Il en résulte une insuffisance de la protection, qui n'a pas besoin
d'être à 100% pour avoir une expression statistique, mais s'abaisse si l'abstention est trop forte. Même les médecins généralistes, qui souvent n'ont jamais vu ces maladies contre lesquelles ils
doivent vacciner, sont saisis par le doute, ou ne résistent pas à la pression de leur clientèle.

Loïc 05/10/2013 09:19


Mes filles attendent le deuxième volet de cet article: "dis tonton, pourquoi tu pètes?"

Alambic City 05/10/2013 19:03



  Je te vois venir Loïc, un titre comme celui-ci appelle un article dans la rubrique Fragments D'égarements ! Dans le même esprit, tu n'auras qu'à lire à tes filles un passage éclair
d'Evacuacion...

Sur les pets de méthane responsables des gaz à effet de serres, pour toi mon voisin : Australie : la chasse aux dromadaires !







Sceptique 04/10/2013 07:25


C'est le meilleur argument, à l'usage des pas-trop-cons, seulement, hélas. Pour les engrais, c'est la même chose:"vous n'essayez pas de bien nourrir vos enfants?". J'ai rencontré ces attaques
(contre les vaccins, en particulier), venant d'enseignants "engagés", lorsque mes enfants étaient encore au collège. Ils ont tous dépassé la cinquantaine! Ça continue....les abstentions
vaccinales, les régimes aberrants (particulièrement dangereux chez les enfants) ont encore leur clergé, et eux, "on" les croit.

Alambic City 05/10/2013 18:55



Merci pour vos commentaires toujours aussi pertinents.


 


Vous avez malheureusement raison, dans de nombreux domaines un paquet d'idées fausses circulent et restent bien tenaces. Que faire ? Si cet article illustré renforce (et déculpabilise !) la
logique du recours à l'utilisation des pesticides dans la protection des végétaux, au bout du compte prêcher les convaincus ne sert pas à grand-chose...


 


Concernant les peurs infondées sur la vaccination, je recopie ici la conclusion du professeur Bégué de l'article paru dans Science et pseudo-sciences « L'origine du refus des vaccinations ».


 


« Les oppositions à la vaccination représentent un obstacle à la prévention des maladies infectieuses et leur développement est préoccupant dans tous les pays occidentaux. De la simple
hésitation au refus complet, elles varient selon les régions. Toutes les enquêtes concluent sur le manque d’information des parents d’enfants non ou mal vaccinés. La formation sur la vaccination
devrait être très améliorée en France. L’éducation sanitaire de la population doit être renforcée pour que le dialogue soit plus convaincant entre les vaccinateurs et les personnes. L’influence
actuelle des médias et d’Internet justifie une réflexion internationale pour lutter contre la nuisance des informations non scientifiques et erronées. La meilleure organisation et le recentrage
des structures responsables de la vaccination est souhaitable en France pour mieux informer le public et restaurer sa confiance. »