Acquis social

Publié le par Alambic City

 

revolution-de-1830---combat-devant-l--hotel-de-vil-copie-1.jpg

 

Ce soir, je sors avec les copains, c'est devenu un rituel le vendredi. Le vendredi soir "avec les copains" fait parti d'une attribution que je n'ai pu gagner qu'au prix de longues batailles de discussions et d'un acharnement continu à convaincre ma femme de me laisser de l'amplitude à ma traditionnelle soirée de beuverie. Pour ne rien vous cacher, cela n'a pas été chose facile et pour obtenir cette revendication, j'ai dû user de tous les stratagèmes y compris les plus bas du style "Si t'es pas contente t'as qu'à retourner chez tes parents..." mais en fait ce type de menace accompagné d'ultimatum s'est avéré peu efficace, voir totalement caduque. J'ai dû menacer ma femme autrement pour pouvoir me tirer en douce dès vingt heures trente (mais en ayant couché les gosses auparavant !). Non, ce qui m' a véritablement permis d'obtenir gain de cause, c'est la pression que savent si bien pratiquer les syndicalistes émérites qui jamais ne cèdent et campent jusqu'au bout sur leurs positions, même lorsque le bateau coule, préférant mourir avec tout l'équipage, femmes et enfants compris.

C'est lorsque j'ai évoqué à mon amour que sa grasse matinée du samedi matin dont elle bénéficiait pendant que je m'occupais des enfants tout en faisant le ménage avant de partir faire les courses puis préparer le repas, reposait sur le socle instable et fragile de mon bon vouloir. Ce privilège jamais contesté, considéré comme un dû, se retrouvait menacé comme l'insomniaque désespéré vient de perdre l'ordonnance de ses somnifères et du salut qui en découle.

Elle dut alors négocier avec sa fatigue et ma vie de débauche et de dépravation avancée pour finalement capituler, préférant dans ce pourparler tendu renoncer à son vendredi soir familial pour conserver son quota de sommeil. Ce n'est pas tant le fait de me voir partir qui la perturbait mais plutôt le fait de ne pas me voir rentrer après six heures du matin. En effet, ma fille, à l'inverse du métabolisme de sa mère qui nécessite une période importante de repos pour survivre, est dotée d'un organisme qui se contente que d'une très courte durée de sommeil. Ce rechargement de batterie chez cette enfant se traduit par un réveil rapide et précoce. Cela, ma douce et tendre femme ne le supporte pas, c'est pourquoi en bon mari que je suis, j'ai toujours trouvé naturel, de m'occuper de ma progéniture dès que son tendre regard s'ouvre à la lumière du jour (ou plutôt à la pénombre).

En ce qui me concerne, si je pars très rapidement du domicile conjugal, bizarrement, j'en reviens bien moins rapidement comme si mon entrain et ma vélocité du début de soirée était inversement proportionnelle à ma cadence du retour, ceci répondant à une loi statistique des plus complexes. Je n'ai pas d'explication à ce mystère mais je sais toutefois que lorsque je pars, je sais compter au moins jusqu'à dix, ce qui ne se vérifie pas toujours à ma réapparition confuse et embarrassée.

Bien sur, il m'est arrivé de payer cher ces nuits de dépravation. Mon cerveau et mon foi auraient tendance à se liguer contre moi et prendre la défense de ma femme, ce qui me rends encore plus seul dans ces combats matinaux où les cris des enfants et le bruit de l'aspirateur malmènent des maux de tête et des nausées interminables. J'ai donc pris pour habitude de souffrir ce samedi matin, c'est le prix à payer pour conserver ce privilège tant convoité.

Il arrive parfois que je me retrouve seul le vendredi soir, les copains m'ayant lâchement laisser à mon triste sort de célibataire virtuel. Par peur de perdre ou de voir remettre en cause cette faveur, j'ai pris pour habitude de partir quelque soit ma motivation. Sans rien vous cacher, c'est comme ça que j'ai pu me retrouver certains vendredis soirs à dormir dans ma voiture garée dans le garage afin de simuler une absence et accoutumer ma femme à cette tradition qui pouvait du jour au lendemain être remise en cause si ce rythme hebdomadaire se retrouvait cassé.

Mais cette technique sournoise de maintien de privilège a faillit un jour être découvert au petit matin. Comme le véhicule de ma femme est plus spacieux et confortable que ma voiture de fonction, mes lombaires douloureuses avaient jugées plus judicieux d'installer ma dépouille à l'arrière de sa voiture. Pour passer le temps, je comblais l'ennui en écoutant France inter tout en dégustant un trop bon Napoléon. Il n'a pas alors été aisé pour moi, d'expliquer à ma femme ce que je faisais endormi dans sa voiture, la tête baignant dans le vomi...


Ma femme, fidèle lectrice de ce blog, tient à préciser à ceux qui ne me connaissent pas que cette histoire est une pure fiction et nie catégoriquement les faits qui y sont relatés. Quant à moi, je sais par avance que ceux qui me côtoient savent très bien que cette fiction est bien évidement en dessous de la réalité...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lebatimentva 05/02/2012 20:42


si les artisans du batiment n'ont pas le temps de lire les conneries, je vois que les viticulteurs ont le temps d'en ecrire....mais c'est parfois drole...pour un paysans qui a a peine son
certificat d'etudes !!!


 

Dominique A 28/09/2011 12:50



Merci beaucoup !






Barbazanges 28/09/2011 09:31



Vous écrivez très bien Dominique....


A.....



mercier 16/08/2011 12:38



Et les femmes des tes copains, elles réagissent comment elles? Elles ont monté un syndicat pour négocier avec leurs maris "buveurs de crus" respectifs??



Ramon 14/07/2011 22:52







Ramon 05/07/2011 08:00



Ce type est vraiment la plus grosse feignasse du département !!!



Loïc 04/07/2011 12:37



Alors, on se repose toujours sur ses acquis sociaux?????



Alambic City 05/07/2011 07:07



Tout vient à point à qui sait attendre...



Ramon 01/07/2011 12:31



Y préfère parler littérature ailleurs !



Loïc 30/06/2011 17:39



Pas de nouvel article??????????


Je veux être remboursé



Ramon 22/06/2011 12:20



Passer deux heures à un bout d'vigne à bavasser, j'me d'mande ... La seule qu'est payée, c'est la technicienne ... les autres ...


Surtout qu'il a pas dû s'passer grand chose dans les pieds d'vigne depuis huit jours ...


On s'en s'rait aperçu si les feuilles seraient tombées d'un coup . 


On l'aurait surtout entendu dire !!!


 






Halte a la censure 19/06/2011 19:55


Et alors, on censure les commentaires ?! Elles sont passées où les photos de ta tronche post-cuitasse du vendredi soir ??


Alambic City 19/06/2011 22:05



Chère madame,


Ce blog est un espace de discussion dès plus sérieux et c'est pourquoi j'ai jugé nécessaire de retirer des photos prisent à mon insu me mettant dans des postures périlleuses les moins flatteuses.
Par respect pour la gente féminine qui vient ici à la recherche de délicatesse et d’élégance, j’ai préféré rester courtois et galant afin de préserver le noyau dur de mes nombreuses lectrices qui
probablement choquées n’auraient jamais remis les pieds dans cette si belle demeure. Cependant si vraiment mes grimaces de fin soirée vous manquent, vous pouvez toujours vous rendre sur le blog
de Vinosse sur lequel je vous ai laissé un de vos nombreux déchets numériques de votre voyeurisme sans borne. En effet, votre photo de presse à scandale est mieux hébergée dans ce cadre décadent.


Mes amitiés à votre mari.



Ramon 19/06/2011 11:47



 


Mais quel trou du cul !!!!


 


 



Vinosse 18/06/2011 18:18



Y s'admire en zinzin !!!


 






Loïc 18/06/2011 09:05



Bon il est où ce nouvel article??? Tes vignes sont relevées et sulfatées, le pineau est filtré. Je n'ai pas vu de traces de ton passage dans la cabane. Alors qu'est ce que tu fais?



Vinosse 18/06/2011 07:36



Tu t'es effacé ???


 


Dommage ...


 






Vinosse 18/06/2011 06:55



T'as sulfaté cette semaine ???



Vinosse 15/06/2011 18:09



Dans l'genre dicton crétin:


 


"Quand mon verre est plein, je le vide...


Quand il est vide, je le plains !"


 


Taintaintain ....



Alcoolo Homonyme 14/06/2011 22:44








Mieux vaut avoir le bout du goulot que le gout du boulot !


Le ciel est trop haut, la terre est trop basse, seul le comptoir est à la bonne hauteur.


L'alcool ne résoud pas les problèmes ... Ceci dit l'eau et le lait, non plus ...







Vinosse 11/06/2011 17:59



Dès que je l'ai mis, il a marché au moins une fois ...



isa 11/06/2011 16:28



Ouais c'est comme le mien, quoi!


 Faut ouvrir le contenu dans une nouvelle fenêtre



Vinosse 11/06/2011 16:20



http://www.youtube.com/watch?v=i_Yk-RmyJ2s



Vinosse 11/06/2011 16:14



Toi non plus ...



isa 11/06/2011 14:33



En plus de sa langue de punaise, il ne sait pas partager un lien sur youtube:


http://youtu.be/i_Yk-RmyJ2s



tamère 11/06/2011 13:38



Honte à toi  de cette vie de patachon !


Je te préviens, si Cécile demande le divorce je ne m'occupe pas des gosses le vendredi soir !!!


Quant à mon gendre de l'autre côté de la route quelle langue de punaise !


Une mère désespérée.



Vinosse 11/06/2011 10:01



J'ai trouvé ça dans la cabane:


 






Loïc 11/06/2011 09:35



Et pitié surtout ne te trompe pas avec cette version:


http://www.youtube.com/watch?v=7P56N2DinKY&NR=1


La cabane de mes filles n'est pas au fond du jardin....



Loïc 11/06/2011 09:31



Et quand tu ramènes une de ces filles de petite vertue à 5h du mat, peux tu aussi éviter de chanter à tue-tête La Cabane Du Pêcheur de Cabrel:


Je lui ai dit
Si tu pleures pour un garçon
Tu seras pas la dernière
Souvent, les poissons sont bien plus affectueux
Va faire un petit tour, respire le grand air!
Après, je te parlerai de l'amour
Si je me souviens un peu

Elle m'a dit
Elle a dit justement c'est ce que je voudrais savoir
Et j'ai dit viens t'asseoir dans la cabane du pêcheur
C'est un mauvais rêve, oublie-le!
Tes rêves sont toujours trop clairs ou trop noirs
Alors, viens faire toi-même le mélange des couleurs
Sur les murs de la cabane du pêcheur
Viens t'asseoir



Loïc 11/06/2011 09:14



Mon premier commentaire faisait référence au fait qu'Olivier termine parfois sa nuit d'ivresse dans la cabane en bois de mes filles quand la voiture de sa femme sent trop l'entrecôte vomie.


Ce n'est que mon second commentaire qui fait référence à ses conquêtes féminines. Tu t'es donc trompé dans ta censure mon boeuf.


PS: Peux tu aussi faire disparaître les traces d'ADN de ta virée d'hier.



VTT en KIT 11/06/2011 02:12



Entre l'article et les commentaires, tu me fais penser à un mec qui pratique un sport de pédale avec moi le dimanche matin. Il arrive chez moi en VTT et en pantoufles (pantoufles à la main...).


Au début, je me demandais ce que ce mec là pouvait bien faire la veille pour venir me chercher chez moi dans un tel état pour sois disant faire du VTT. La première fois, je me suis dis ; faut
qu'il arrête les pastilles vichy celui-là. Depuis, j'ai fais connaissance avec lui, Et, j'ai compris qu'il vallait mieux que je mette aux pastilles vichy si je voulais le suivre dans les cotes.


En décembre, il distille. Automatisée, sa distillerie se passe de lui ; mais lui pas. Alors l'hiver, par grand froid, lors de nos randos en VTT, il invente un prétexte, pour passer à sa
distillerie vérifier que la bonne chauffe se passe bien. Bonjour la bonne chauffe. Dans la première montée qui suit ; le bonhomme se met en danseuse et la danseuse fait son show. Une telle
attitude déconcertante : ça me coupe les pattes. Même que certains sangliers sur chantillac restent bouche b en voyant ainsi le kamikaze  débouler de null part en dansseuse. Il
m'impressionne l'animal !!!



Vinosse 10/06/2011 23:18



Désolé, c'était pas toi qu'était visé ...


(raoul)